Institut français du Japon – Tokyo

 

Propos liminaires :

Résumer en quelques paragraphes plus de 60 ans d’histoire d’un établissement en perpétuel mouvement et (r)évolution permanente n’est pas chose facile. Comment ne pas omettre tel ou tel évènement marquant et ne pas froisser, par simple omission, un de nos illustres visiteurs.

Il convient également de rendre hommage ici au travail réalisé par l’ensemble des équipes administratives, pédagogiques et culturelles, qui se sont succédées depuis la création de l’établissement pour faire vivre et animer cette maison avec comme mission première la promotion de la langue et de la culture françaises au Japon, œuvrant ainsi au rapprochement entre nos deux pays par le biais de rencontres, coopérations et échanges entre créateurs et intellectuels japonais et français et plus largement en favorisant une meilleure connaissance de la France auprès d’un large public japonais. Qu’ils en soient ici chaleureusement remerciés.

De l’Institut franco-japonais de Tokyo à l’Institut français du Japon-Tokyo

Plus de 60 ans au service de la diplomatie culturelle de la France au Japon 

La naissance de l’Institut franco-japonais de Tokyo est directement liée à celle de la Maison franco-japonaise fondée en 1924 à l’initiative de Eiichi Shibusawa et de Paul Claudel, alors Ambassadeur de France au Japon.

Par l’intermédiaire de cette fondation, est déposée en 1949 auprès de la ville de Tokyo la demande d’ouverture d’une « école de langue ». Le 20 janvier 1950, l’autorisation est obtenue : « La préfecture de Tokyo autorise la Maison Franco-Japonaise, ayant personnalité juridique, à fonder l’Institut franco-japonais de Tokyo, pour lequel elle a fait une demande le 30 septembre 1949 » (signée par Seiichiro Yasui, gouverneur de la Préfecture de Tokyo).

Un terrain, qui appartenait à l’origine à la famille du baron Soma, est acquis en 1950 à Iidabashi, en bordure d’une petite rue en pente appelée “Osaka” dont on dit qu’elle était un lieu de rendez-vous pour les amoureux de la capitale. Commande d’un bâtiment est passée auprès de l’architecte Junzô Sakakura, disciple de Le Corbusier. Construit dans le courant de l’année 1951 et conçu autour d’un escalier à double hélice (unique au Japon), il est livré le 14 septembre 1951, mais dénué de tout équipement. Il ne peut être inauguré que le 16 janvier 1952, en présence du prince Takamatsu, du premier ministre japonais M. Yoshida, et de l’ambassadeur de France M. Dejean.

Durant sa première décennie d’existence, l’Institut de Tokyo connaît une phase de croissance très rapide à tel point que le terrain d’origine se révèle trop exigu. Une extension triplant la surface totale est acquise à la fin des années cinquante et une aile nouvelle commandée à Junzô Sakakura. Elle comprend une salle pouvant accueillir séances de cinéma, concerts, conférences et une bibliothèque.

Ce nouvel ensemble est inauguré en avril 61 en présence de leurs altesses le prince et la princesse Takamatsu.

Aux débuts des années 1960 l’Institut compte déjà 2.839 étudiants, 5.000 inscriptions, une bibliothèque de 5.000 ouvrages et une cinémathèque de 320 titres.

Au fil du temps, un service d’enseignement à distance par courrier et en ligne, une librairie, un restaurant, viennent compléter les services offerts au public.

Depuis sa création, la vie de l’Institut franco-japonais de Tokyo peut être schématiquement divisée en cinq grandes phases :

  • Une phase de fondation et d’extension, qui s’étend de 1952 à 1969, durant laquelle l’activité culturelle, au sens qu’elle a pris aujourd’hui, occupe encore une place marginale. C’est durant cette période qu’André Malraux visite l’Institut en compagnie de Junzô Sakakura pour y donner une conférence et que Roland Barthes séjourne dans la chambre d’hôtes qui porte désormais son nom. Il rapportera de son séjour le projet de L’Empire des signes.
  • Une phase de consolidation (1969-1981) marquée cependant par un certain recul. L’activité théâtrale occupe une place importante dans la vie de l’établissement.
  • Une phase d’ouverture et de diversification des activités culturelles, de 1981 à 1989. La production de spectacles théâtraux et musicaux, mais également la danse Butô et les arts visuels, concourent à donner à la programmation culturelle une image rénovée.
  • Une phase de rénovation et de transformation des espaces de 1989 à 2001. La salle polyvalente où se déroulaient jusqu’alors de nombreuses fêtes qui contribuaient à asseoir la réputation de l’Institut comme lieu festif, est transformée en salle de cinéma avec sièges inamovibles, et la bibliothèque en médiathèque. La diffusion cinématographique, qui s’accompagne de l’accueil de metteurs en scène et d’acteurs, devient progressivement le cœur de l’activité culturelle de l’Institut. C’est de cette époque que date aussi la création d’une annexe de l’Institut à Yokohama en partenariat avec la municipalité de cette ville.
  • Une phase de professionnalisation et de développement important dans le domaine culturel de 2001 à 2011, tout en connaissant une érosion du nombre d’étudiants à partir de 2007. L’Institut de Tokyo acquiert une reconnaissance de la part des professionnels locaux en tant qu’opérateur culturel à part entière dans le domaine de la promotion de la création contemporaine française (arts de la scène, arts visuels et musiques actuelles) tout en confortant sa place prépondérante dans la promotion de la littérature et du cinéma français dans ce pays. C’est vers la fin de cette période que les actions dans les domaines de la gastronomie et de la bande dessinée commencent à prendre une place plus importante que par le passé.

L’histoire continue de s’écrire avec en mai 2012 la célébration des 60 ans de l’établissement, avec pour marraine l’actrice Fanny Ardant et la création du festival « Digital choc » consacré aux arts numériques en février de la même année.

L’année 2013 est marquée, suite à la mise en œuvre de la réforme mondiale du réseau culturel français du Ministère des affaires étrangères, par la fusion entre le service culturel de l’ambassade et les 4 instituts présents au Japon (Fukuoka, Kansai (Kyoto-Osaka), Tokyo et Yokohama) qui aboutit à la création d’un établissement unique : l’Institut français du Japon, le plus important Institut français d’Asie, dont l’Institut franco-japonais de Tokyo devient une des antennes et change officiellement de nom pour devenir l’Institut français du Japon – Tokyo.

En juin 2013, François Hollande intervient à l’IFJ Tokyo à l’occasion de sa visite d’état, c’est la première fois qu’un Président de la République française fait l’honneur de sa visite à cet établissement.   

La dynamique créée par cette nouvelle organisation administrative et humaine favorise le développement des partenariats dans le domaine des arts de la scène et visuels et donne un nouvel élan à la coopération culturelle de la France au Japon avec notamment la montée en puissance du débat d’idées. En mai 2013, la création de « La nuit de la philo » rencontre un véritable succès dès sa première édition. Les rendez-vous annuels comme le festival littéraire « Feuilles d’Automne », « les Journées du goût » ou « Digital Choc » deviennent des événements nationaux destinés à être repris dans les autres antennes du réseau.

En 2014, le 90ème anniversaire du partenariat culturel franco-japonais est célébré comme il se doit avec plus de 240 évènements qui marqueront cette année particulière.

On ne peut qu’être frappé rétrospectivement par l’extraordinaire quantité et la très haute qualité des personnalités du monde culturel et artistique français, francophone et japonais venues à l’Institut sur plus de soixante ans d’histoire (voir ci-après une liste non exhaustive). Qu’ils en soient tous ici remerciés pour avoir contribué au développement des relations culturelles entre nos deux pays et à forger la réputation de l’IFJ Tokyo bien au-delà des jardins d’Iidabashi.

 

Mars 2014

______________________________

 

Au Panthéon de l’IFJ Tokyo 

 

Liste non exhaustive des personnalités françaises, francophones et japonaises venues à l’IFJ Tokyo depuis 1952 classés par ordre alphabétique (Nom) :

Abd al Malik, Kôbô Abe, Alexandre Adler, Olivier Adam, Laure Adler, Yaacov Agam, Jean-Michel Alberola Anne Alexandre,Jean-Michel Alexandre, Pierre Alferi, André Almuro, Mathieu Amalric,Yann Andréa, AntiVJ, Shinji Aoyama, Georges Aperghis, Nobuyoshi Araki, Fanny Ardant, Françoise Arnoul, Fernando Arrabal, Akira Asada, Setsu Asakura, Olivier Assayas, Agnès b., David b., Robert Badinter, Jeanne Balibar, Richard Baquié, Pierre Barouh, Jean-Louis Barrault, Dominique Barbier, Pierre Barouh, Bartabas, Roland Barthes, Christophe Bataille, Nicolas Bataille, Jean Baudrillard, Catherine Baÿ, Nathalie Baye, Alex Beaupain, Jean-Jacques Beineix, Tahar Ben Jelloun, Enki Bilal, Jane Birkin, Patrick Blanc, Isabelle Boinot, Pascal Bonamy, Jérôme Bonnell, Edouard Boubat, Patrick Bouchitey, Carole Bouquet, Nicolas Bouvier, Rony Brauman, Jean-Claude Brialy, Suzanne Buirge, Daniel Buren, Rodolphe Burger, Michel Butor, Olivier Cadiot, Robert Cahen, Roger Caillois, Sophie Calle, Marc Caro, Martine Carol, Jean-Claude Carrière, Bernard Cassen, Caroline Cellier, Eric Chahi, Youssef Chahine, Patrick Chamoiseau, Marie-Claude Char, Christophe Charles, Grégory Chatonsky, Florent Chavouet, Patrice Chéreau, Jacques Chevrier, Tetsuya Chikushi, Régine Chopinot, William Christie, Pierre Christin, Hélène Cixous, Richard Collasse, Claude-Michel Cluny, Jacques Colombat, Pascal Comelade, Compagnie 14-20, Maryse Condé, Marius Constant, Catherine Corsini, Pedro Costa, Nicolas de Crécy, Raoul Coutard, Cueco, Alain Cuny, Daara-J Family, Didier Daeninckx, Anatole Dauman, José Dayan, Régis Debray, Olivier Debré, Nicolas De Crécy, Régine Deforges, Michel Deguy, Christian Delacampagne, Florence Delay, Stéphane Delorme,Victor Démé, Claire Denis, Gérard Depardieu, Raymond Depardon, Arthur De Pins, Jacques Derrida, Micha Deridder, Jérôme Deschamps, Arnaud Desplechin, DJ Click, Jacques Doillon, Sara Dolatabadi, Jean-Marie Domenach, Bernard Dort, David Douillet, Marie Drouet, Georges Duboeuf, Alain Ducasse, Denis Dufour, Georges Duhamel, Pascal Dusapin, Yves Duteil, Henri Dutilleux, Akiko Ebi, Jean Echenoz, Kyôko Edo, Shûsaku Endô, Enzo Enzo, Annie Ernaux, Christian Escoudé, Michel Fano, Jean-Pierre Faye, Féfé, Pascale Ferran, Stéphane Ferrandez, Ferrante Ferranti, Michael Ferrier, Marc Ferro, Dominique Fillon, Frédéric Fisbach, Roland Flexner, Jacques Floret, David et Stéphane Foenkinos, Guy Foissy, Philippe Forest, Michel Foucault, Zaza Fournier,  Robert Frank, Sami Frey, Yûsuke Fukada, Mari Fujiwara, Yôichi Funabashi, Takashi Funayama, Charlotte Gainsbourg, Gangpol & Mit, Laurent Garnier, Philippe Garrel, Alain Gaussin,  Sylvie Germain, Giédré, Pierre-Gilles de Gennes, Ivry Gitlis, Juliette Gréco, Alfred Grosser, David Guez, Robert Guillain, Marc Guillaume, Pierre Guyotat, Gypsy Sound System, Arthur H, Salomé Haller, Shôji Hamada, Hervé Hamon, Aïcha Hamu, Lyû Hanabusa, Mia Hansen-Love, Cumas Hashioka, Shigehiko Hasumi, Maurice Herzog, Eric Heidsieck, Nathalie Heinich, Jean-Paul Hévin, Yôichi Higuchi, Tokuyoshi Hiraoka, Oriza Hirata, Toshiyuki Horie, Tran Anh Hung, Isabelle Huppert, Emmanuelle Huynh, Kon Ichikawa, Ifp, Natsuki Ikezawa, Toshimitsu Imai, Yoshirô Irino, Arata Isozaki, Masaki Iwana, Setsuko Iwasaki, Tsutomu Iwasaki, Yannick Jacquet, Philippe Jamet, Java, Jean-Pierre Jeunet, Betsy Jolas, Thierry Jonquet, Alain Jouffroy, Cedric Kahn, Sang-Jung Kan, Satoshi Kamata, Jô Kanamori, Jûrô Kara, Anna Karina, Katerine, Shûichi Kato, Jean-Claude Kaufmann, Kiyoshi Kawashima, Yôichirô Kawaguchi, Tatsuo Kawaguchi, Tadashi Kawamata, Abdellatif Kechiche, Yasmina Khadra, Abdelkebir Khatibi, Kaori Kimura, Shôkichi Kina, Kuniko Kisanuki, Koharu Kisaragi, Yves Klein, Tsutomu Koga, Toshinori Kondo, Susumu Koshimizu, Junko Koshino, Julia Kristeva, Kristian, Agota Kristof, Kengo Kuma, Kiyoshi Kurosawa, La Caravane passe, Jean-Philippe Lafont, Francis Lalanne, Jean-Marc Lalanne, Ludovic Lagarde, François Laguionie, Philippe Laleu, Claude Lanzmann, Denis Lavant, Isild Le Besco, Maxime Le Forestier, Vincent Lefrançois, Ange Leccia, Patrice Leconte, Eric Legnini Trio, Jean-Claude Lemagny, Maurice Lemaître, Valérie Lemercier, Pierre Lequiller, Les Yeux noirs, Bernard-Henri Lévy, Claude Lévi-Strauss, Jean-marc Lévy-Leblond, Serge Lifar, Jean-Pierre Limosin, Caroline Loeb, Régis Loisel, Thierry Lounas, Loustal, Benoît Magimel, Macha Makeieff, André Malraux, Marcel Marceau, Gabriel Marcel, Marcel Maréchal, Frank Margerin, Thierry Marx, Marc-Antoine Mathieu, Keisuke Matsushima, Jean-Michel Maulpoix, Fabrice Melquiot, Mellow, Robert Ménard, Henri Meschonnic, Olivier Messiaen, Jean-Claude Mézières, Pierre Michon, Catherine Millet, Chihiro Minato, Jean Miotte, Antoni Miralda, Satoshi Miyagi, Aiko Miyawaki, Akira Mizubayashi, Ariane Mnouchkine, Silvia Monfort, Mathilde Monnier, Jeanne Moreau, Françoise Moréchand, Edgar Morin, Georges Moustaki, Valérie Mréjen, Antonio Muntadas, Kinhide Mushakôji, Mustang, Josef Nadj, Kazuo Nagatomi, Yûjiro Nakamura, Shinichi Nakazawa, Jean-Luc Nancy, Fumio Nanjô, Charles Napoléon, Dominique Noguez, Akiyuki Nosaka, Amélie Nothomb, Gérard Noiriel, Kan Nozaki, Michel Ocelot, Kenzaburô Ôe, Bulle Ogier, Mariko Odaka, Taro Okamoto, Caty Olive, Manoel de Oliveira, Michel Onfray, Makoto Ôoka, Shôhei Ôoka, Kazuo Ôno, Eric Orsenna, Nagisa Ôshima, Idrissa Ouedraogo, Alfred Pacquement, Henry Padovani, Rithy Panh, Anne Parillaud, Charles Pasi, Benoît Peeters, Daniel Pennac, Fred Penelle, Nelson Pereira dos Santos, Dominique Perrault, Maurice Pinguet, Daniel Picouly, Jean-Robert Pitte, Roger Planchon, Plantu, Michel Portal, Anne Portugal, Melvil Poupaud, Christian Prigent, Anna Prucnal, Olivier Py, Philippe Quesne, Pascal Quignard, Mabrouk Rachedi, Kichizaemon Raku, Pascal Rambert, Ignacio Ramonet, Raphaël, Pierre-Jean Rémy, Rêva Rémy, Jean Réno, Maurice Renoma, Alain Renk, Jean-Michel Ribes, Michel Rio, Christian Rizzo, Yves Robert, Alain Robbe-Grillet, Eric Rochant, Olivier Rolin, Jacques Roubaud, Georges Rousse, Raoul Ruiz, Kenzo Saeki, Teruo Sanbayashi, Marjane Satrapi, Marc Sautet, Midori Sawato, Bertrand Schefer, Tchavolo Schmitt, François Schuiten, Jean Schwarz, Edith Scob, Ryoko Sekiguchi, Jorge Semprun, Sôshitsu Sen, Sergent Garcia, Keisuke Serizawa, Kôjirô Serizawa, Michel Serres, Joann Sfar, Namio Shibata, Gô Shigi, Kunio Shimizu, Makoto Shinozaki, Kazuko Shiraishi, Dai Sijie, Yves Simon, Morgan Sportès, Benjamin Stora, Sublime, Kishio Suga, Pierre Surtel, Rikie Suzuki, Masakatsu Tagami, Yoshihisa Taira, Yûji Takahashi, Jirô Taniguchi, Jirô Takamatsu, Kyôji Takubo, Min Tanaka, Audrey Tautou, Bertrand Tavernier, Shûji Terayama, Saburô Teshigawara, Tété, Virginie Thévenet, le TNP, Emmanuel Todd, Moise Touré, Jean-Philippe Toussaint, Tran van Trannhut, Marie Trintignant, Baptiste Trotignon, Philippe Troussier, Hitonari Tsuji, Yûko Tsushima, Seiji Tsutsumi, Ryûzaburô Umehara, Agnès Varda, Sylvie Vartan, Pierre Vidal-Naquet, Takashi Wada, Ayako Wakao, Moriaki Watanabe, Anne Wiazemsky, Michel Wieviorka, Lambert Wilson, Frederick Wiseman, Georges Wolinsky, Dominique Wolton, Isao Yakisada, Setsuko Yamada, Masao Yamaguchi, Akio Yashiro, Kazuko Yasukawa, Kijû Yoshida, Gôzô Yoshimasu, Takaaki Yoshimoto, Kazuko Yoshiyuki, Marguerite Yourcenar, Yûkiza.

Directeurs depuis 1951

  • M. Jean LEQUILLER de 1951 à 1958
  • M. Auguste ANGLES de 1958 à 1963
  • M. Maurice PINGUET de 1963 à 1969
  • M. Michel MIDAN de 1969 à 1972
  • M. Gérard DELEDALLE de 1972 à 1974
  • M. Claude MOUTOUT de 1974 à 1977
  • M. Claude ROBERT de 1977 à 1981
  • M. François ROCHE de 1981 à 1984
  • M. Jean PEROL de 1984 à 1989
  • M. Christian SAGLIO de 1989 à 1995
  • Mme Marie-Christine de NAVACELLE de 1996 à 2001
  • M. Jacques SOULILLOU de 2001 à 2005
  • M. Bruno ASSERAY de 2005 à 2008
  • M. Robert LACOMBE de 2008 à 2012
  • M. Jean-Jacques GARNIER de 2012 à 2016
  • M. Xavier GUÉRARD depuis septembre 2016

Directeurs adjoints et/ou directeurs des cours depuis 1974

  • M. Norbert LIPSCHUTZ octobre 1974 – août 1980
  • M. Jean-Louis ROUSSE septembre 1980 – août 1986
  • M. Pierre MALLET septembre 1986 – mai 1987
  • M. André SIGANOS septembre 1987 – août 1989
  • M. Francis MAIZIERES septembre 1989 – décembre 1989
  • M. Patrice JULIEN janvier 1990 – juillet 1994
  • M. Guillaume MARBOT août 1994 – septembre 1994
  • M. Philippe NORMAND octobre 1994 – août 1997
  • Mme Claude BOURGEOIS septembre 1997 – août 2001
  • M. Rolland THOMAS septembre 2001 – août 2003
  • M. Jean-Philippe ROUSSE septembre 2003 – août 2008
  • M. Pascal ESTRADE septembre 2008 – août 2012
  • M. Vincent BAUDOIN septembre 2012 – août 2014
  • Mme Sidonie LACOME depuis semtembre 2014