プログラムをダウンロードする

LA NUIT DE LA PHILO
PHILOSOPHIE ET IMAGE(S)

Pour sa deuxième édition, la Nuit de la philo vous propose à nouveau un dialogue entre art et philosophie, image et pensée, sensations et réflexions, en prenant cette année pour thème central la question de notre lien aux images, de leur place centrale dans notre rapport au réel.
Le public pourra déambuler entre les différents espaces de l’Institut français du Japon – Tokyo pour choisir d’assister à une conférence, à un atelier, à une projection cinématographique ou à une performance. La brasserie de l’Institut, lieu convivial par excellence, accueillera un grand banquet des philosophes, où il sera possible de faire une pause, de déguster des créations surprenantes, et de prendre le temps de discuter.
Une grande soirée de conférences, de performances, de rencontres, et de projections, ouverte à tous, pour changer votre regard sur la philosophie !

PROGRAMME

─────────────────────────
PROJECTIONS / CONFÉRENCES
─────────────────────────

© DR

Projection de Roberte de Pierre Zucca suivie d’une discussion entre Jun Fujita Hirose et Kosuke Tsuiki.
14:00~17:15 / Espace Images

Roberte(1978 France – 104 min / couleur – réalisation : Pierre Zucca)

« Qu’est-ce que le tableau-vivant, ce double devenir de l’homme et de l’image ? Est-ce une esthétisation de la politique ou une théologie de la chair ? Ou, plutôt, les deux en même temps ? Voilà une des questions principales qu’on souhaiterait se poser, avec Kosuke Tsuiki, spécialiste des études psychanalytiques, devant le chef d’oeuvre de Pierre Zucca, Roberte, réalisé en collaboration avec l’écrivain-philosophe Pierre Klossowski, frère aîné du peintre Balthus. » – Jun Fujita Hirose

Jun Fujita Hirose
Né à Tokyo en 1971, il est critique de cinéma et maître de conférences à l’Université Ryukoku, il enseigne également le cinéma à l’Institut français du Japon – Tokyo.

Kosuke Tsuiki
Né en 1968, il est psychanalyste et maître de conférences à l’Université de Kyoto.

 

© Gwen Rouvillois

Chantiers, images de la ville

17:30~18:15 / Espace Images

« Où nous verrons comment ces trouées permettent l’émergence du paysage urbain. Comment dans son inachèvement, il est le lieu de toutes les projections. Et comment ses enchevêtrements théâtralisent la figure de l’ouvrier. Ainsi à travers une lecture de sa spatialité et de sa temporalité, entre indétermination et programmation, le chantier se donne à voir comme une certaine construction de la société.  » – Gwen Rouvillois
Cette conférence s’adossera sur des réalisations de l’artiste qui travaille depuis plusieurs années sur ce sujet.

 

Gwen Rouvillois
Artiste née en 1968, diplômée de l’école nationale supérieure de Beaux-Arts de Paris. Enseigne depuis 2004 à l’école nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette. Ses œuvres sont exposées en France et à l’étranger. Adepte des représentations en deux dimensions, usant aussi d’objets et d’installations, artiste conceptuelle autant que peintre, Gwen Rouvillois travaille sur la manière dont on s’organise pour vivre ensemble. L’architecture, l’espace urbain et sa pratique en sont parmi les signes les plus visibles, les plus révélateurs, la façon dont on les construit aussi.

 

L’art sans fin
18:30~19:50 / Espace Images

Si l’art moderne s’est développé dans un rapport constant avec la philosophie et la littérature, il est aujourd’hui de plus en plus influencé par des logiques de marché et par la puissance de la société de l’information et des nouvelles technologies. Il s’agira ici d’interroger les pratiques artistiques de ces dernières années en France, leurs liens à la philosophie et à la poésie et de mener un dialogue sur la figure à venir de « l’art sans fin ».
Avec l’aimable participation d’Elie During (univ. Paris Ouest Nanterre, IUF)

Futoshi Hoshino
Diplômé en esthétique du département des études culturelles interdisciplinaires de l’Université de Tokyo.

Kohei Kuwada
Docteur ès lettres de l’Université Paris IV, il enseigne à l’Université de Tokyo.

 

© DR

Mutation des modes d’expression du film publicitaire dans les sociétés occidentales
20:00~20:50 / Espace Images

Umberto Eco propose d’interpréter le postmodernisme comme une attitude s’apparentant à la déclaration d’amour d’un homme contraint par son époque à dire à la femme aimée : « Comme dirait Barbara Cartland, je t’aime désespérément ». Les nouveaux mécanismes de la publicité depuis la fin des années 90 ressemblent étonnamment aux modalités de cette déclaration d’amour.

Sylvain Cardonnel
Professeur à la faculté de communication interculturelle à l’Université Ryukoku.

 

 

 

 

© DR

Carte-blanche à Christophe Girard
21: 00~21:50 / Espace Images

Christophe Girard
Adjoint au maire de Paris chargé de la culture de 2001 à 2012, il est notamment l’initiateur des Nuits blanches ainsi que d’autres projets culturels d’envergure (104, Gaîté Lyrique), avant de devenir maire du 4ème arrondissement.

 

 

 

 

 

 

Slip out de Kenzo Onoda
Qu’est-ce que je vois? Qu’est-ce que j’ai cru voir?
Je réfléchis à la manière de voir ce que je ne perçois pas. Est-ce que j’ai voulu me voir, moi?
Du fond et de la surface, passer à travers un autre phénomène, pour de là, observer à nouveau.

 

───────────
ATELIER PHILO
───────────

Images de soi, miroirs du soi
18:00~19:30 /Médiathèque

Le rapport que nous entretenons avec les diverses images de nous, éclatées par la multiplicité des miroirs qu’on nous impose, n’a jamais été aussi déroutant. Pour explorer ce kaléidoscope, nous nous référerons à deux axes structurant l’image du soi dans le monde actuel : l’histoire nationale et les marées du soft power.

Tristan Brunet
Doctorant à l’université Paris-Diderot, professeur vacataire à l’université Shirayuri

 

───────────
PERFORMANCES
───────────

© Shuhei Fuchino

La ville
19:00~19:30 / 21:30~22:00 / Jardin

Évoluer dans la ville, changer la position de son regard et observer la ville sous différents angles. off-Nibroll nous offre un voyage à travers la ville où danse, texte et vidéo se mêlent pour stimuler nos sens.

off-Nibroll
Le directeur artistique Keisuke Takahashi et la chorégraphe Mikuni Yanaihara de Nibroll ont créé off-Nibroll travaillant essentiellement sur la relation entre le corps et l’image. Ils se produisent généralement au sein de petites galeries dans le but de briser les barrières entre le public et l’artiste.

 

 

 

© Bozzo

Artificial
19:30~19:50 / Terrasse de la salle 301
21:00~21:20 / Hall

Que designent «naturel» ou «artificiel»? Accompagnée du musicien Yohei Fujishiro, la chorégraphe et danseuse Miwa Okuno évolue dans un espace mouvant, modelé par le son et l’image dans lequel le corps et l’espace oscillent entre le “naturel” et “l’artificiel”.

N///K
Créé en 2014 par la danseuse/chorégraphe/artiste visuelle Miwa Okuno et le musician Yohey Fujishiro. Leur réflexion porte sur la création d’un espace artistique global utilisant le corps, le son et la vidéo comme materiel.

 

───────────────────────
EXPOSITIONS / INSTALLATIONS
───────────────────────

3 films de Gwen Rouvillois seront présentés sous forme d’installation dans la galerie de l’Institut.

© Gwen Rouvillois
© Gwen Rouvillois


 

 

 

 

 

 


I Ragazzi- Les palefreniers
  2012
Projection 16/9e – 4mn30. Des chevaux sont ramenés à la nuit tombée par des jeunes hommes. La scène est en dehors du temps, évoquant parfois la peinture espagnole du 17ème siècle. Les lumières, les moteurs nous disent pourtant la ville contemporaine.

I Ragazzi- Les grimpeurs  2012
Projection 16/9e –  6mn30
L’un après l’autre, deux jeunes hommes affrontent un pic rocheux. La ville est présente au loin.

Il faut imaginer Sisyphe heureux (bidule n°1)  2009-10
Animation 16/9e 1mn10s – Une pelleteuse range un cube

 

Albert CAMUS : 1913-2013 Une exposition numérique, interactive et multilingue
Du 13 mai au 7 juin / Médiathèque

L’année 2013 a été marquée par la mémoire d’Albert Camus, écrivain et philosophe français. Cette année, nous prolongeons les célébrations de sa mémoire avec une exposition numérique qui permet de parcourir sa vie et l’ensemble de ses oeuvres.

 

Les Carnets de Polifilo – Nicolas Buffe
Du 23 avril au 1er juin / Galerie

Une plongée dans les travaux préparatoires de Nicolas Buffe pour éclairer son exposition Le songe de Polifilo au Musée Hara et en décrypter les influences.

 

© Gilles Stassart

Le Banquet des savants : concerto pour une table et ses mets
18:00~22:00 / La Brasserie

La table où l’on mange est un vaste espace, un théâtre où chacun reçoit et échange, où chacun devient le philosophe de ses propres sentiments. Cette table du banquet des savants revisité est un outil qui livre des sons et des mets pour nous questionner sur notre capacité d’écoute et de compréhension de nos émotions, du monde.

Gilles Stassart
Ecrivain et cuisinier, spécialiste de la confrontation des arts plastiques et de l’alimentation, il assure, entre autres, le commissariat d’une série d’événements à la Fondation Cartier.

Kenzo Onoda
Diplômé de l’Université d’Osaka, il est spécialiste d’acoustique et a développé une expression esthétique croisant art vidéo et art sonore. Il a participé à l’exposition PARKHAUS, Kunsthalle de Düsseldorf, en 2008, mais aussi à la Biennale Internationale des Poètes en Val de Marne.

 

─────────
MUSIQUE
─────────

SHARE / tokyo
22:00~23:30 / La Brasserie

Share est un projet participatif ouvert à tous les amateurs de musique. Les participants apportent leur matériel portable et se connectent au système, ils peuvent alors improviser sur le signal de chacun et effectuer leur mix audiovisuel en direct.

05
31
15:00 - 23:30
15h à 23h30
Entrée libre - consommations payantes
03-5206-2500 (Institut français du Japon - Tokyo)


Institut français du Japon - Tokyo
〒 162-8415
15 Ichigaya-funagawara-machi, Shinjuku-ku, Tokyo


LA NUIT DE LA PHILO 2014 – PHILOSOPHIE ET IMAGE(S)

2014-05-13 - 2014-06-07 Albert CAMUS : 1913-2013 Une exposition numérique, interactive et multilingue