La bande-dessinée franco-belge compte de nombreuses adaptations des grands classiques de la littérature. Ces adaptations littéraires ont gagné en qualité, et n’ont plus tant vocation à faire découvrir l’œuvre originale qu’à proposer l’interprétation des dessinateurs en recréant une véritable œuvre nouvelle. De grands auteurs de BD se sont frottés avec brio à l’exercice, à l’instar de Jacques Ferrandez en France, qui a réussi le défi d’adapter en bande dessinée l’ultime chef-d’oeuvre resté inachevé d’Albert Camus, Le Premier Homme, ou Ryota Kurumado au Japon, jeune mangaka révélé cette année avec son manga La Peste, qui a même été traduit en France.

 

L’adaptation d’une œuvre littéraire en bande dessinée doit-elle une fidélité absolue au texte ? Les dessinateurs, tout en servant l’œuvre romanesque, peuvent-ils parvenir à restituer au plus près les sensations qu’on éprouve à sa lecture ?

 

Les deux dessinateurs parleront de cet art de la transposition, à la fois dans le monde de la bande-dessinée franco-belge et du manga japonais.

 

Modération : Yoo Sookyung, professeure à l’Université Seika au sein du département de recherche sur le manga)

Co-organisateurs : Musée du manga de la ville de Kitakyushu, Musée international du manga de Kyoto, Université Seika – département de recherche sur le manga

 

Invités

Jacques Ferrandez (BD)

Né à Alger en 1955, Jacques Ferrandez se forme à l’école des Arts décoratifs de Nice avant de se tourner vers l’illustration et la bande dessinée. Véritable spécialiste de l’adaptation en bande-dessinée des grands classiques de la littérature française, il a dessiné de nombreux titres d’Albert Camus ou encore Jean Giono. Ses livres s’inspirent également des paysages locaux, dont il sait recréer parfaitement l’atmosphère à coup d’aquarelle.

 

 

 

Ryota Kurumado (Manga)

Né en 1989 dans la préfecture de Shiga, au Japon, il s’est spécialisé dans les mangas à l’Université Seika de Kyoto. Après avoir obtenu son diplôme, il a fait ses débuts avec Freude, publié dans la célèbre revue Monthly Morning Two de Kodansha, et Ma femme est une Mangaka BL (“Boys Love”). En 2020, il publie La Peste, d’après le roman de Camus, donne une représentation réaliste de la pandémie de l’époque, ce qui a suscité un vif intérêt auprès du public japonais, en résonance avec le contexte sanitaire actuel. La Peste a aussitôt été traduite et publiée en français.

 

 

 

_______________________________________________________________

Date: 13 novembre 2021, 18h00-19h30

Gratuit

Pour visionner la rencontre en français, rendez-vous sur la page Facebook de l’Institut français du Japon.

http://swll.to/JX5GVd

Un Facebook live débutera au moment de la rencontre.

Pour savoir si votre Institut français ou Alliance française propose une retransmission live des rencontres dans leurs locaux, renseignez-vous auprès de votre organisme.

_______________________________________________________________

Organisateurs

Co-organisateurs

Soutien

Partenaires

                      

11
13
  • 2021-11-13 - 2021-11-13
  • 18:00 - 19:30

<<