© DR

Débat d’idées

Santé, handicap, vieillissement, vulnérabilités : nouvelles techniques et prolongement de l’humain

avec Hélène Mialet

 

Dans le cadre de Digital Choc, festival des nouvelles images et des cultures numériques, l’Ambassade de France / Institut français du Japon et l’Université de Tokyo organisent le 27 février 2015, à 18h30, à l’Université de Tokyo, un débat intitulé « Prolonger l’humain : santé, handicap, vieillissement et vulnérabilités ».

 

Professeur à l’Université de Berkeley, et auteur du livre « Stephen Hawking incorporated », traduit en japonais aux éditions KASHIWA, la philosophe et anthropologue des sciences et technologies Hélène MIALET débattra à cette occasion avec M. TACHI Susumu, professeur émérite aux Université de Tokyo et Keio, M. YOSHIDA Eichi, co-directeur du Joint Robotics Laboratory (Tsukuba) et M. ISHIHARA Kohji, professeur à l’Université de Tokyo. Les échanges seront modérés par M. KABATA, directeur du département sciences et médecines au quotidien Asahi.

 

Alors que la figure de Stephen Hawkins offre l’image mondialement connue de l’extension, par un réseau de machines, d’un corps humain qui, sans elles, ne pourrait se mouvoir et communiquer, ce débat abordera les multiples enjeux posés par la fluctuation croissante des frontières entre l’homme et la machine.

 

Face aux limites du corps et aux vulnérabilités de l’humain, face à l’handicap et face au vieillissement, que peuvent les nouvelles techniques ? Comment penser le prolongement de l’homme par la machine et le futur de ces « corps étendus » (Hélène Mialet), qui mêlent l’humain et le non-humain ? Entre réalité et utopie, science et philosophie, cet échange franco-japonais se propose d’imaginer les visages futurs de l’homme hybride, tout en confrontant au réel et à la recherche contemporaine les rêves ou illusions entretenus par le transhumanisme.

À l’Université de Tokyo Komaba, Campus Hall n°18, le 27 février de 18h30 à 20h30.

 

02
27
18:30 - 20:30


Université de Tokyo Komaba
Campus Hall n°18 Tokyo

<< Digital Choc 2015 : la fabrique du réel