La Nuit des Idées, organisée simultanément en France et dans le monde entier depuis 2016, réunit plus de 200 événements dans 90 pays (programme sur la plateforme de l’Institut français). Il s’agit d’un moment d’échange sur les sujets d’actualité, une fête internationale de la pensée, à travers des débats auxquels participent des intervenants de tous horizons : intellectuels, chercheurs, artistes, etc. de Dakar à Los Angeles, en passant bien sûr par Paris, Tokyo.

Le thème de la « Nuit des Idées », qui se déroulera le 30 janvier dans le monde, est « être vivant ». A cette occasion, l’Institut français du Japon / Kansai- Kyoto fera dialoguer des intervenants français et japonais sur le thème « l’art de la fermentation : de la gastronomie au numérique ». Ce débat original croisera les disciplines autour de ce thème relié à la vie, à la transformation et à la maturation : il sera évoqué par des intervenants d’horizons différents sous l’angle de la gastronomie (miso, sauce soja, vin), de l’anthropologie, mais aussi de l’architecture en terre, et même du numérique !

Quatre panélistes, quatre regards : Dominique Chen, chercheur de l’Universtité Waseda, et auteur de plusieurs livres, s’inspire de la fermentation pour réfléchir aux médias numériques. Thomas Ortiz, ingénieur et auteur de Rétro-futur, une contre-histoire des innovations énergétiques (paru récemment au Japon chez Kawade Shobo), est un passionné de la culture des champignons, vecteurs de transformation de la société dans les domaines de la gastronomie, de la santé et de l’énergie. Hiraku Ogura, auteur d’Anthropologie culturelle et fermentation, chercheur à l’université d’agriculture de Tokyo, a une approche anthropologique de la fermentation et s’appuie notamment sur les recherches de Claude Lévy-Strauss. Gergely Péter Barna, chercheur de l’Institut de technologie de Kyoto, abordera quant à lui l’architecture en terre fermentée reposant sur l’utilisation de champignons.

Les années précédentes la Nuit des Idées a tantôt été organisée à Tokyo (en 2017 sur les Océans, en 2019 sur l’avenir du multilatéralisme) et à Kyoto (en 2017 sur les transformations de la ville, en 2018 sur les utopies).

Nous espérons que vous serez nombreux à participer à cette soirée à Kyoto, qui s’annonce riche en découvertes! Dans le froid de l’hiver, c’est non seulement l’occasion d’écouter des panélistes qui vous amèneront à penser autrement (« think out of the box ») mais aussi de passer un moment chaleureux à l’Institut français du Kansai / Kyoto, le débat étant suivi d’un pot de l’amitié.

Renseignements :

Date et lieu : jeudi 30 janvier 2020 de 18h à 20h à Institut français du Japon – Kansai / Kyoto, salle Inabata

Entrée libre / pot payant

Langues : français-japonais avec interprétariat simultané

Inscription recommandé

* Nous avons reçu de nombreuses réservations. En raison du nombre limité d’appareils de traduction simultanée disponibles, ceux-ci seront distribués uniquement aux personnes ayant réservé via le formulaire en ligne. Nous accueillons encore des réservations au cas par cas par téléphone au 075-761-2105.
Merci pour votre compréhension.

Dominick Chen – Panéliste et modérateur

Photo : Photographer: Takashi Mochizuki

Né en 1981 à Tokyo, citoyen français. B.A. de UCLA (Design / MediaArts), M.A. et Ph.D. de l’Université de Tokyo, professeur agrégé à l’université Waseda, École de culture, des médias et social depuis 2017. Il a ensuite été actif dans la promotion de la licence Créative Commons au Japon depuis 2004. En 2008, il a lancé « Dividual », une start-up informatique à Tokyo, où il a développé de nombreux services Web et applications pour smartphone, dont l’un a reçu le prix Best of AppStore de Apple pour 2015 et 2016. Il a également été certifié «Super Creator» par l’Agence de promotion des technologies de l’information, Japon (2009). Il a été membre du jury et directeur du dossier thématique «Technologie et information», «Développement des infrastructures sociales» pour le Good Design Award entre 2016 et 2018. Dominique est également auteur de divers livres sur l’open source et la culture libre, la néo-cybernétique, la philosophie de l’information et a traduit des livres sur l’informatique positive, l’exploitation minière de la réalité et la singularité technologique. En tant qu’artiste/designer, il a exposé ses œuvres au XXII La Triennale Milano «Broken Nature» en 2019 et à la Triennale d’Aichi Triennale «Tame Y / Our Passion» en 2019.

 

Gergely Péter Barna

Né à Budapest, en Hongrie. Après avoir acquis des compétences pratiques dans l’atelier de l’artiste d’instruments de musique Manfred Bleffert en Allemagne et auprès du designer industriel Ferenc Koller en Hongrie, il a déménagé à Kyoto en 2010 pour étudier l’architecture traditionnelle en bois. Parallèlement à ses études universitaires, il a continué à travailler comme charpentier sur divers sites de restauration, tels que le temple Shonen-ji, un bien culturel important dans la préfecture de Nara. Après avoir obtenu son doctorat en science du design à l’Institut de technologie de Kyoto en 2018, il est entré chez Neomateria Co. Ltd., une société de développement de matériaux d’impression 3D basée à Kyoto en tant que chercheur en conception dans la fabrication numérique. De décembre 2019 à novembre 2020, il est chercheur en design en résidence 2019 au KYOTO Design Lab de Kyoto Institute of Technology.

Thomas Ortiz

Ingénieur et chercheur indépendant dont le travail oscille entre les thématiques énergétiques, biologiques et les technologies alternatives.

En 2015, il co-fonde avec le designer Cédric Carles le programme de recherche citoyen Paléo-énergétique qui vise à explorer les technologies oubliées et les brevets énergétiques dans le domaine public. En 2018, il publie avec l’équipe le livre Rétrofutur qui combine les meilleures découvertes du programme. En 2019, l’ouvrage est également publié en japonais chez Kawade Shobo Shinsha.

Mycologue amateur autodidacte depuis des années, il prend conscience lors de ses recherches récentes du potentiel des champignons à créer une société plus résiliente, notamment sur le plan alimentaire.

En 2018, il s’installe à Kyoto avec sa femme Sachiko et fonde Kinokologie. Il transforme alors une partie de sa maison en laboratoire et en espace de culture afin d’expérimenter et de produire des champignons à petite échelle pour la communauté locale. 

Hiraku Ogura

Né à Tokyo en 1983, Ogura a étudié la fermentation en tant qu’étudiant de recherche à l’Université d’agriculture de Tokyo avant de démarrer un laboratoire de fermentation dans la ville de Koshu, préfecture de Yamanashi. Il anime des ateliers, crée des livres d’images et des animations et développe des produits avec des brasseurs à travers le pays dans le but « d’utiliser le design pour révéler le fonctionnement caché des micro-organismes ». Son « Temaemiso no Uta » (« Chanson du miso fait maison ») a remporté le Good Design Award 2014. Il a également écrit « Fermentation Cultural Anthropology » (Kirakusha). Vous pouvez le suivre dans son voyage à travers le Japon pour explorer le monde de la fermentation à travers les 47 préfectures sur son blog. http://hirakuogura.com

01
30
  • 2020-01-30 - 2020-01-30
  • 18:00 - 20:00
  • Entrée libre
  • 075-761-2105
  • Institut français du Japon – Kansai, salle Inabata
    〒 606-8301
    8 Izumidono-Cho Yoshida Sakyo-Ku Kyoto Kyoto